‘Tribes Of Europa’ Saison 2: La série sera-t-elle renouvelée pour une deuxième saison?

0

La première saison de Tribes of Europa a été bien accueillie par les téléspectateurs du monde entier.

tribes of europa

Netflix a récemment accueilli ses utilisateurs avec une nouvelle série de science-fiction Tribes of Europa . L’émission allemande a été bien accueillie par les utilisateurs du monde entier. Dirigée par Philip Koch et Florian Baxmeyer, la première saison de Tribes of Europa sortie le 19 février 2021. De nombreux utilisateurs ont déjà regardé en abondance la série entière composée de six épisodes. De nombreux utilisateurs ont été curieux de connaître la saison 2 de Tribes of Europa et se sont demandé s’il y aurait une saison 2 de Tribes of Europa ? Pour tous ceux qui pensent à Tribes of Europa saison 2, voici tout ce que vous devez savoir à ce sujet.

tribes of europa

Y aura-t-il une saison 2 de Tribes of Europa ?

Le thriller de science-fiction a captivé le public avec son histoire. La fin des tribus d’Europe a également laissé les fans spéculer sur la possibilité de la deuxième saison de cette émission populaire. Cependant, le géant du service de streaming Netflix n’a fait aucune annonce officielle concernant le renouvellement de Tribes of Europa saison 2. Il n’est pas inhabituel qu’il n’y ait pas d’annonce officielle car cela ne fait que quelques jours depuis la sortie de la première saison. . Netflix est connu pour attendre quelques mois avant de faire une annonce officielle sur le renouvellement d’une série.

tribes of europa

La plate-forme de service de streaming prend ces décisions en fonction de diverses choses comme les chiffres d’audience. La critique de Tribes of Europa a été principalement positive et a attiré un bon nombre de téléspectateurs du monde entier. Par conséquent, il est possible que l’émission revienne pour la saison 2. Cependant, même si l’émission est renouvelée pour la saison 2, elle ne sortira pas sur la plateforme avant 2022.

Partagez-vous l’avis de Martin Scorcese sur les plateformes de streaming ?

0

Les plateformes de streaming ont envahi notre quotidien. Nous sommes toutes et tous à l’affut des sorties mensuelles quand nous avons souscrit un abonnement sur une de ces plateformes. Est-ce qu’en faisant cela, nous tournons le dos à l’art cinématographique ? C’est en tout cas ce que pense Martin Scorcese.

Les plateformes de streaming : la mort annoncée du 7ème art ?

Pourquoi nous abonnons-nous à des plateformes de streaming ? Nous l’avons peut-être fait pour la nouveauté, parce que le catalogue était bien fourni et laissait augurer de bonnes soirées, blottis dans le canapé devant une série haletante, un film rempli d’émotion, un dessin animé pour faire rire nos enfants et des longs métrages pour nous faire peur.

Et puis, le Covid-19 est passé par là, nous intimant l’ordre de rester chez nous. Confinés. Enfermés. Comme dans un très mauvais film d’horreur, sans possibilité de dire « coupez » et de refaire la prise.

Plus de possibilité de nous rendre en amoureux ou entre amis dans une salle obscure de cinéma. Alors, oui, sans doute par dépit, nous nous sommes rabattus sur les plateformes de streaming. Cherchant l’évasion, le rire, alors que dehors, notre monde familier devenait chaos, inquiétude.

Alors qu’il était interrogé sur Fellini, Martin Scorcese, réalisateur américain de génie à qui l’on doit entre autres, Taxi Driver, Casino, Shutter Island ou encore les Infiltrés est revenu sur la montée en puissance des plateformes de streaming, partout dans le monde.

Il avait déjà évoqué son aversion pour les films Marvel, pour lequel il avait été sans équivoque : pour lui, ce n’est pas du cinéma. Pas d’émotion, pas de psychologie. Juste des attractions de fêtes foraines grandiloquentes.  Les plateformes de streaming sont aussi devenues sa bête noire.

Il s’insurge en premier lieu sur le mot « contenu » que l’on utilise désormais à tort et à travers pour expliquer tout ce qui représente des images en mouvement, sans savoir en différencier la forme. Tout est contenu, désormais ; même les publicités. Contenus ; comme mis en boite. Enfermés.

Les plateformes de streaming suggèrent les prochains films que vous allez voir : où est le libre arbitre ?

Enfermés dans un rôle consumériste ; c’est ainsi que Scorcese voit les abonnés, au regard des algorithmes qui suggèrent de voir « en fonction de ce que vous avez déjà vu ». Cela suppose donc un genre de film unique.

Où est la diversité propre au cinéma, la place de la découverte ? Le choix en fonction de son humeur entre un blockbuster et un film d’auteur ? Car c’est cela, normalement, une personne qui aime le cinéma.

Une personne qui teste, qui goûte, qui sait reconnaitre une bonne mouture chez un réalisateur, chez un acteur, parce qu’il expérimente. Qu’il sait ce qu’il aime et ce qui lui déplait. Mais qui a toujours le choix.

Pourtant, bien malgré lui, dans un monde qui tourne au ralenti, Martin Scorcese ne peut empêcher que son prochain film, Killers of the Flower Moon, sera bientôt disponible sur la plateforme de streaming d’Apple TV+.

Entre la plateforme de streaming et des spectateurs et des salles condamnées encore à être vides, pendant quelques mois, peut-être, il fallait bien que le film sorte…Une ironie qui ne doit pas lui plaire mais contre laquelle il ne peut pas lutter.

Disney + enregistre 146 millions d’abonnés ; Netflix et les autres ne sont pas en reste. Est-ce que, quand la crise sera passée et que les cinémas vont rouvrir, les habitudes des spectateurs vont changer ? Vont-ils se désabonner, attendre LE film à voir sur grand écran pour se déplacer à nouveau en salle ? Est-ce bientôt la mort du 7ème art, tel qu’on l’a toujours connu ? Peut-on imaginer que le Covid-19 va nous enlever cela, aussi ?

Si vous avez raté La Vie Scolaire hier soir sur OCS MAX, regardez le replay !

0

Températures négatives, Covid-19 omniprésent et autres mauvaises nouvelles : pas de doute, nous avons tous besoin de séries ou de films feel-good. Cela tombe bien, si vous voulez vous changer les idées, vous pouvez voir en replay le film « La Vie Scolaire ».

La Vie Scolaire, ça parle de quoi ?

Même si nous enfonçons ici des portes ouvertes, La Vie Scolaire évoque le monde de l’école d’aujourd’hui avec ses failles, mais aussi ses promesses.

Le pitch est le suivant. Une jeune CPE venant de province arrive dans un collège de Saint-Denis dont la réputation n’est plus à faire : beaucoup de cas difficiles. Véritable leçon de vie, œuvre sociale, promettant quelques éclats de rire, nous retrouvons ici la patte de Grand Corps Malade qui est à la réalisation (après son succès colossal pour « Patients »), avec son acolyte Mehdi Idir.

Est-ce que le film apporte une solution concrète aux problèmes des banlieues, non, bien sûr. Mais il est certain que le talent des comédiens et les situations font que le spectateur passe un bon moment.

Est-ce que certains personnages sont stéréotypés ? Sans doute, mais nous pourrions dire que chacun, nous les avons croisés dans notre enfance : le chambreur, le perturbateur, celui qui a un potentiel qu’il cache sous une cuirasse d’insolence…

Ce film est rempli de bonnes intentions et c’est ce que nous avons besoin de voir en ce moment. Alors que d’autres chaines de streaming nous bombardent avec des films de super-héros et d’histoires (certes) divertissantes, mais hautement improbables, nous avons peut-être envie de voir des héros ordinaires. Des personnes qui vont au-delà des apparences et des clichés pour sauver ceux qui peuvent l’être.

Et oui, des pépites se trouvent dans les Cités et n’attendent quelquefois qu’un regard bienveillant et d’un moment d’attention pour se mettre à briller.

Les élèves ne sont pas seulement au cœur de ce long métrage. On voit aussi le combat (le mot n’est pas trop fort) des professeurs pour arriver à faire cours devant des enfants déjà désenchantés par la vie (le manque de moyens financiers des familles…) et ce, dans des conditions qui sont loin d’être optimales.

Entre histoire d’amour naissance, connivence entre les adultes, mais aussi entre le personnage de la CPE et les élèves, il est clair qu’on ne s’ennuie pas.

Le portrait qui est dépeint n’est pas nouveau, il n’y a pas de rebondissement spectaculaire, mais faut-il tous ces éléments pour pouvoir passer un bon moment devant son écran ? Non, assurément pas.

Alors, si rien qu’à l’évocation de La Vie Scolaire, vous reviennent les odeurs de votre enfance ; la craie et les pupitres, installez-vous et suivez le métier (ou la vocation pourrait-on dire) de cette jeune CPE encore pleine de motivation et prête à tout pour aider les collégiens qu’elle a en charge.

Si la deuxième réalisation de Grand Corps Malade et Mehdi Idir semble moins personnelle, forcément, que leur précédent film, ce film sans prétention permet de se vider la tête et de sourire. Toutes les occasions sont bonnes, non ?

LUPIN reviendra sur Netflix à l’été 2021.

0

Quelle paire de Jordan dans l’affiche de Lupin saison 2 affole la toile internet?

Comme il sied au look du voleur de gentleman tout au long de la série, le personnage principal Assane Diop,Omar Sy qui assume le rôle du légendaire Arsène Lupin – porte une paire d’Air Jordan 1 Mid ‘Lakers Top 3’ dans une affiche teaser pour la nouvelle saison de la série.

La couleur distincte de la paire (violet et or, ces accents rouges sur le col) est clairement visible.

l’acteur semble être un amoureux des baskets. 

Il pose divers modèles attractifs dans plusieurs posts, comme la Air Jordan 1 en collaboration avec Dior .

Dans certaines scènes, vous pouvez également voir la Air Jordan 1 Off White et la Spizike 3m. Ils seront probablement portés dans la deuxième partie de la série.

numéro 1 dans la liste des séries Netflix de premier rang dans plusieurs Pays Netflix, France bien sur mais aussi au us et même au  Philippines.

Aucune date précise n’a été fixée pour la sortie de la deuxième partie, mais nous savons qu’elle comprendra également cinq épisodes.

Rappel de la saison 1

Lupin ne correspond à aucun genre, mais se mêle plutôt à une grande variété de genres, de la fantaisie à la romance. La série raconte l’histoire d’Assane Diop, un voleur professionnel et le seul enfant d’un immigré sénégalais qui s’est installé en France afin de chercher un avenir plus prometteur pour sa jeune famille.

Malheureusement, il est accusé de vol par Hubert Pellegrini, et dans la honte, il se pend dans sa cellule. Coupé à nos jours, quand Assane Diop, devenu adulte d’environ 30 ans, décide de se venger de la famille Pellegrini.

Dès le stade du concept, Lupin ne ressemblait à rien d’autre sur aucune plate-forme de streaming. Avec la combinaison diabolique de comédie et d’esprit de la série, les téléspectateurs ont pu se livrer à une émission qui semble défier les attentes et créer de nouveaux rebondissements dans chaque épisode. Les critiques adorent aussi Lupin .

Les téléspectateurs de tous âges adorent également Lupin .

De nombreuses personnes louant la cinématographie, le jeu d’acteur et les techniques de production élégantes. À bien des égards, la série semble faire écho au film noir classique, avec plusieurs rebondissements uniques et passionnants.

Selon un récent rapport de Bustle , la deuxième partie de Lupin pourrait frapper Netflix dès avril. En effet, le premier opus de la série a été divisé en deux parties, il est donc déjà filmé et prêt à partir.

De plus, la série est en fait basée sur le célèbre personnage français Arsène Lupin, un détective de fiction qui fait l’objet de plus de soixante nouvelles et romans. Par conséquent, il y a suffisamment de matériel pour transporter Lupin pour de nombreux autres épisodes, si la série continue de bénéficier d’une popularité aussi rapide.

Il est très possible que les fans puissent profiter des nouvelles aventures d’Assane Diop bien avant le printemps – ce qui est une excellente nouvelle pour tous ceux qui se sont tellement investis dans l’histoire du voleur charismatique de gentleman en si peu de temps.

 

 

 

A ne pas louper en ce moment sur Netflix : Froid Mortel

0

Pas question ici de film apocalyptique, mais bien d’un film à mi-chemin entre un thriller et un western à la sauce espagnole.

Netflix aime la signature espagnole dans ses productions

Il ne faut plus compter uniquement sur le savoir-faire américain ou même britannique en termes de films et de séries et Netflix l’a compris rapidement.

La patte espagnole fait mouche depuis plusieurs années sur les longs métrages, mais aussi sur les séries, à l’instar de la Casa de Papel ; devenue culte et drainant une foule de fans toujours plus nombreuse.

Les espagnols ont une façon bien à eux de traiter leurs films et certains longs métrages dits d’horreur sont à la limite de la poésie.

Mais revenons à Froid Mortel, le film de LLuis Quilez ; un réalisateur assurément talentueux qui nous livre ici sa première réalisation.  Ce film ibérique se trouve d’ores et déjà sur le catalogue bien fourni de Netflix et nous vous conseillons de le regarder.

Avant de vous en dévoiler le pitch, attardons nous sur le héros, campé par Javier Guttiérrez Alvarez. Son nom ne vous dit peut-être rien, pourtant, il est en train de monter au niveau du cinéma mondial. Son talent a d’ailleurs été récompensé par l’équivalent des Oscars en Espagne, les Goya. Pour ses interprétations dans La Isla Minima et El Autor, le comédien de 50 ans avait reçu, à chaque fois, le prix du meilleur acteur, rien que cela.

Que raconte Froid Mortel ?

Quant à l’histoire en quelques mots, la voici.

Un agent se voit confier une mission périlleuse : transférer 6 prisonniers à l’intérieur d’un camion sécurisé, vers un autre établissement pénitentiaire. Une mission qui pourrait être routinière, mais qui, bien entendu, ne va pas se dérouler comme prévu.

Dans un premier temps, le personnage fait ce travail pour la première fois. Il ne sait donc pas, à priori, comment gérer une situation de crise.

Alors que ce transfert est relativement confidentiel, sur la route, le camion est attaqué (par qui et pour qui ?). Qui avait accès aux informations et à l’itinéraire ? Pour ne rien arranger et c’est sans doute ce qui fait la force du film, le transfert se fait en plein milieu d’une tempête de neige tout à fait effroyable. Pour survivre, les personnages sont un peu obligés de rester en huis-clos aussi bien au niveau du froid que vis-à-vis de ceux qui les attendent à l’extérieur…

Dit comme cela, nous pourrions nous attendre à une sorte de blockbuster bourré de testostérone et d’adrénaline. Un film de mecs pour les mecs. Ce serait donc, compter sans le talent ibérique. Car les méchants sont-ils les prisonniers, ceux qui attaquent le fourgon ou la tempête ?

Nous retrouvons ici des formules qui fonctionnaient très bien dans les années 70 et 80. Il est évident que le film fait un clin d’œil à The Thing de John Carpenter. Si vous ne l’avez pas vu, c’est le moment ou jamais de réparer cette lacune. Oui, le film a vieilli et nous sommes loin des super productions d’aujourd’hui, mais il est devenu culte et certains le considèrent comme faisant partie du Top 10 des meilleurs films d’horreur.

Si l’action est bien présente dans Froid Mortel, la psychologie des personnages et la façon de traiter le film sont tout à fait plaisantes et beaucoup de spectateurs pourraient y trouver leur compte.

Loin d’être convenue, l’intrigue distille tout le long du film des rebondissements inattendus (et bienvenus) qui font qu’il est difficile de quitter l’écran des yeux. N’est-ce pas cela que l’on attend d’un film ?

Alors, prêt à affronter un froid au-dessous de zéro, bien au chaud chez vous, en regardant Netflix ?

Personnalité TV préférée : Jean-Pierre Pernaut couronné

0

Alors qu’il exerce depuis de nombreuses années, la personnalité TV préférée des français est connue ! Il s’agit de Jean Pierre Pernaut (70 ans). Il devance aujourd’hui Stéphane Bern, Nagui ou encore Jean-Luc Reichmann. Sa réaction ne s’est pas laissé attendre « C’est la récompense du travail produit par toute l’équipe du 13 Heures avant et pendant le confinement », a t’il indiqué à TV Magazine.

Même si il a pu recevoir quelques critiques ces derniers temps, l’animateur reste très apprécié par son côté naturel. En effet il avait pu faire quelques sorties (peu appréciés par la direction) sur les migrants ou encore le respect du confinement. Il a souhaité réagir : « Le journal de 13 heures est parfois soutenu par des remarques de bon sens, car un journaliste n’est pas un animal froid qui répète simplement une information officielle. Il est là aussi pour raconter la vie des gens »

Le classement du top10 connu

  • Jean Pierre Pernaut
  • Stéphane Bern
  • Nagui
  • Jean-Luc Reichmann
  • Cyril Lignac
  • Laurent Delahousse
  • Élise Lucet
  • Karine Le Marchand
  • Anne-Sophie Lapix
  • Harry Roselmack

Donald Trump : Querelles à la maison blanche ?

La présidence Trump a complètement recadré le rôle de la Première Famille, et le plus significatif dans ce remodelage est peut-être la position qu’Ivanka Trump occupe au sein de l’administration. Ivanka n’est pas seulement une première fille avec des fonctions cérémonielles, elle participe activement à l’élaboration des politiques en tant que conseillère de son père dans l’aile ouest (tout comme son mari, Jared Kushner).

Aujourd’hui, un nouveau livre prétend qu’elle a essayé d’user de son influence pour changer le titre du « First Lady’s Office » en « First Family Office » alors que Melania résidait encore à New York après l’inauguration de Trump. Mais Melania a bloqué l’interrupteur.

« Pendant que Melania restait à New York, Ivanka continuait à s’établir dans l’aile ouest, réputée pour ses espaces de travail exigus et limités. Selon plusieurs personnes, elle s’intéressait également à l’immobilier dans l’aile Est, le domaine de la première dame », peut-on lire dans un extrait du nouveau livre de la journaliste Mary Jordan, The Art of Her Deal : The Untold Story of Melania Trump, qui a été adapté pour le Washington Post avant sa date de publication le 16 juin.

« Entre autres propositions, Ivanka a suggéré de rebaptiser le « Bureau de la Première Dame » en « Premier Bureau de la Famille ». Melania n’a pas permis que cela se produise. C’était une tradition, et elle n’allait pas laisser sa belle-fille la changer ».

Selon le Post, « la Jordanie a mené plus de 100 interviews » pour la rédaction de ce livre, mais la chef de cabinet et porte-parole de la Première Dame, Stephanie Grisham, en remet la véracité en question.

Town & Country avait auparavant demandé à Grisham de commenter le livre, et elle a répondu par e-mail : « Encore un autre livre sur Mme Trump avec de fausses informations et sources. Ce livre appartient au genre de la fiction ».

Manga Demon Slayer : Vers une fin heureuse ?

Le « tueur de démons » : Kimetsu no Yaiba » a terminé sa série de mangas au sommet de sa popularité.

Le dernier épisode est apparu dans l’anthologie comique Weekly Shonen Jump publiée le 18 mai.

Les fans avaient été enfermés dans un débat sur la question de savoir si la série devait se terminer par le point culminant prévu ou continuer avec un nouveau chapitre.

Mais les experts estiment que la décision inhabituelle du magazine de conclure un titre de longue durée pourrait être une fin heureuse pour les deux parties.

« Demon Slayer », qui a débuté en 2016, est la première série de mangas de Koyoharu Gotoge.

L’histoire se déroule à l’époque du Taisho (1912-1926), lorsque le Japon est infesté par des démons « oni » qui dévorent les humains.

Un démon massacre la famille du protagoniste, Tanjiro, dont la jeune soeur, Nezuko, est transformée en oni elle-même. Il combat les démons pour la ramener à la forme humaine.

La popularité du manga a explosé après qu’une adaptation de la série animée ait commencé à être diffusée au printemps de l’année dernière. La série de bandes dessinées est tirée à plus de 60 millions d’exemplaires, y compris les éditions numériques.

Le titre a dominé les premières places d’un classement de manga, et les librairies ont été temporairement en rupture de stock de la série. Une adaptation en long métrage d’animation est également prévue pour une sortie à l’automne.

Shonen Jump a semblé réticent à mettre fin aux séries de manga lorsqu’elles sont devenues trop populaires.

« Le poing de l’étoile du Nord » a continué dans un cadre différent après la défaite de l’ennemi juré du protagoniste, tandis que « Dragon Ball » s’est terminé avec le 42e tome après qu’un personnage ait déclaré dans le 17e tome que l’histoire « continuerait encore un peu ».

Après que l’industrie de l’édition soit tombée dans un marasme prolongé, un nombre croissant de titres de manga populaires ont commencé à être diffusés pendant de longues périodes.

Il n’y avait eu qu’un petit nombre de bandes dessinées de plus de 50 volumes, comme « Golgo 13 ». Mais ces dernières années, les séries de manga de longue durée sont devenues courantes.

Au mois de mai, les titres de manga en cours comprennent « Hajime no Ippo » (127 volumes), « Detective Conan » (98 volumes), « One Piece » (96 volumes) et « Yowamushi Pedal » (67 volumes), pour n’en citer que quelques-uns.

Deux autres séries, « Bleach » (74 volumes) et « Naruto » (72 volumes), ont récemment pris fin.

Si certains fans de mangas espèrent que leurs titres préférés pourront continuer pour toujours, d’autres critiquent les séries qui « traînent ».

Dans ces circonstances, « Demon Slayer » s’est achevé avec son 205e épisode, qui devrait être inclus dans le 23e volume.

De nombreux fans en ligne ont déclaré que le manga leur manquera. Mais un certain nombre d’autres ont partagé un point de vue différent, disant des choses comme « je suis content qu’il se soit terminé à temps » et « je ne m’attendais pas à ce qu’il se termine au plus fort de son boom ».

Hosei Iwashita, 42 ans, chercheur en manga et professeur à l’Université féminine de Sagami, a souligné : « De nombreuses bandes dessinées sont maintenant disponibles en édition numérique tandis que les anime sont diffusés en ligne, ce qui permet aux éditeurs d’élargir leur offre de contenu après la fin des œuvres originales ».

Selon une enquête menée par Shuppan Kagaku Kenkyujo (Institut de recherche sur les sciences de l’édition), les ventes de bandes dessinées numériques ont dépassé celles des éditions imprimées pour la première fois en 2017.

Une autre tendance majeure dans l’industrie de l’édition est la montée en flèche des titres de manga dérivés.

Il a été annoncé qu’un autre dessinateur de manga produira un spin-off « Demon Slayer », mettant en scène Kyojuro Rengoku, un personnage populaire qui s’est rangé du côté de Tanjiro.

« Je pense que le « Demon Slayer » aurait pu connaître une fin heureuse, à la fois en tant que manga et en tant que produit commercial, car il s’est achevé sans être pris dans un conflit entre créativité et commercialisme, grâce à un commercialisme plus sophistiqué », a déclaré Iwashita.