in

Captain America, super héros : L’idée géniale d’un prof

Parfois, Jorge Manolo Villarroel est Spiderman. Parfois, il est Flash, ou la Lanterne verte.

Mais c’est toujours un professeur, qui réalise ses rêves d’enfant en se déguisant en super-héros pour les élèves enfermés qui assistent à ses cours virtuels.

Ses cours sont devenus si populaires que ses frères et sœurs se battent pour l’écran de leur ordinateur portable afin d’apprendre de ce professeur costumé. À leur tour, ils lui offrent souvent une aide technique.

« Ils arrivent dans les classes virtuelles avant moi et la première surprise est de deviner quel super-héros apparaîtra à l’écran », a déclaré Jorge Villarroel.

A 33 ans, Jorge Villarroel parle avec la passion d’un enfant. Sa modeste chambre est remplie des masques et des costumes de ses personnages, ainsi que des images du Christ, de plusieurs saints catholiques, du révolutionnaire Che Guevara et de ses parents.

Jorge Villarroel, qui vit dans un quartier pauvre de la capitale bolivienne, enseigne l’art à l’école catholique San Ignacio, dans un quartier plus riche. Ses élèves ont entre 9 et 14 ans.

« Hé, professeur ! Il faut ancrer l’image … Va sur l’écran de ton téléphone portable et cherche un petit », a dit un élève à Villarroel ; le professeur, habillé en Flash, a expliqué à ses plus jeunes élèves comment assembler une mosaïque de figures géométriques en utilisant des feuilles colorées.

« Pendant des années, ils sont entrés dans notre monde d’adultes, maintenant il est temps pour nous de nous ouvrir à leur monde, qui est le chat », a-t-il dit. « Quand ils parlent, ils peuvent être limités, mais dans le chat, ils s’élargissent, ils deviennent les professeurs et me montrent des applications ».

Le cours commence par un échauffement de style zumba (Jorge Villarroel est également instructeur de zumba), suivi d’une prière puis d’une musique de super-héros, afin de créer l’atmosphère adéquate.

Quarante-cinq étudiants suivent les cours en ligne. Jorge Villarroel fabrique lui-même les costumes qu’il porte. « J’ai dû improviser car avec la quarantaine, je ne pouvais pas sortir. »

Parfois, avec ses lunettes, il ressemble autant à un disc-jockey devant un ordinateur qu’à un super-héros. Son petit chien Coquito dort inconsciemment sur ses genoux.

« L’éducation a stagné dans les moules traditionnels. Après la pandémie, tout va changer, y compris l’éducation », dit-il.

De nombreuses écoles, notamment privées comme celle de Villarroel, enseignent en ligne depuis le mois de mars.

Mais en Bolivie, le pays le plus pauvre d’Amérique du Sud, l’internet est lent, cher et disponible uniquement dans les grandes villes et les agglomérations. Dans de nombreuses zones rurales pauvres, l’électricité vient seulement d’arriver et la télévision est encore relativement nouvelle. Certains se plaignent que les classes virtuelles ne sont accessibles qu’à ceux qui ont les moyens d’acheter un ordinateur ou un téléphone portable, ce qui aggrave encore l’écart déjà important entre les riches et les pauvres dans le pays.

« Même dans mon école privée, il y a des enfants qui n’ont pas un bon téléphone portable », reconnaît Jorge Villarroel. « Mais nous sommes dans une période de changement. »

Notez cet article

Avatar

Ecrit par Mobeez

Ben Affleck : Les prochains films à venir

Will Smith : Un film marquant arrive